La MIF vous dit tout sur le placement préféré des français

L'assurance vie placement préféré des français

Aujourd’hui, l’assurance vie est le placement de référence pour l’épargne et le plus avantageux fiscalement. En 2016, les français ayant souscrit à un contrat assurance vie ont versé environ 36,4 milliards d’euros aux différentes compagnies d’assurance. La MIF, Mutuelle d’épargne et de prévoyance, présente depuis plus de 150 ans, vous explique tout sur la mécanique et la fiscalité de l’assurance vie en France.

Simple : le contrat d’assurance vie permet d’investir votre épargne soit dans un fonds en  euros, qui génère des intérêts annuels, soit en unités de compte dont les évolutions dépendent des marchés financiers.

Souple : l’argent de votre contrat assurance vie reste en permanence disponible. Vous  pouvez, à tout moment, décider de racheter tout ou  partie de votre capital. Vous pouvez également décider d’en racheter mensuellement un montant déterminé dans le cadre d’une option de rachats programmés, de manière à bénéficier d’un complément de revenus. Il est également  possible, à partir d’un certain âge, de convertir le capital de votre contrat assurance vie en rente viagère, réversible ou non, afin de bénéficier d’un complément de retraite. 

Fiscalement avantageux : au-delà du 8ème anniversaire du contrat assurance vie, les produits sont exonérés d’imposition sur le revenu dans certaines limites. 
Vous profitez également du cadre avantageux de l’assurance vie en cas de décès. En effet, la part du patrimoine placée sur votre contrat assurance vie est reversée aux bénéficiaires désignés, et vous pouvez être exonéré des droits de succession, dans certaines limites. 

Chiffres clés 2016

  • A fin 2016, l’encours de l’assurance vie dépasse les
    1,600 milliards d’euros
  • Le livret d’épargne bancaire ne séduit que
    23 % des français
    avec un taux de 0,75 %
  • 43% des Français
    optent pour l'assurance vie
  • 8 ans, c’est la durée de vie minimum de votre contrat assurance vie
    si vous voulez bénéficier de l’exonération fiscale sur les produits perçus

Où va mon épargne ? 

En fonction de votre choix et des possibilités  de votre contrat assurance vie, votre épargne peut être investie en fonds en euros ou en unités de compte. Il faut savoir que l’investissement en fonds euros est le plus sûr, puisque votre assureur vous garantit les sommes investies. En revanche, lorsque vous investissez en unités de compte, supports à capital non garanti par l’assureur, votre épargne est soumise aux aléas des marchés  financiers. 

Afin de diversifier, vous pouvez répartir votre épargne sur deux type de supports : un support sécurisé : le fonds en euros ; et un autre type de support comportant une part de risques : les unités de compte. 

Vous pourrez à tout moment, durant la vie de votre contrat assurance vie, réaliser un arbitrage pour modifier cette répartition. Dans certains cas, il est proposé par l’assureur d’effectuer cet arbitrage de manière automatique.
 
La MIF propose par exemple un contrat assurance vie Multisupport grand public et accessible : le Compte Épargne Libre Avenir Multisupport. 

Avec ce contrat assurance vie multisupport, vous pouvez ainsi diversifier vos placements grâce à une gamme d’unités de compte sélectionnées par la MIF

Quels avantages fiscaux?

L’assurance vie doit aussi son succès à sa fiscalité avantageuse pour les produits et la transmission de patrimoine. 

 Tout d’abord, il faut savoir que ce sont les produits générés (intérêts ou plus-values) dans le cadre de votre contrat assurance vie qui sont imposables, et non le montant du rachat dans sa totalité. 

Ensuite, si l’assuré a choisi le prélèvement forfaitaire libératoire,  la fiscalité est dégressive dans le temps : 35% avant 4 ans, 15% entre 4 et 8 ans et optimale à 7,5% après 8 ans.
Après 8 ans, et peu importe l’option fiscale choisie, les produits sont exonérés s’ils ne dépassent pas la limite annuelle de  4 600 euros pour une personne seule et  9 200 euros  pour un couple soumis à imposition commune. 
Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que les produits supportent les  prélèvements sociaux au taux de 15,5%.

En cas de décès, il y a très souvent des droits de succession à payer. Néanmoins,  grâce à l’assurance vie, le capital décès transmis aux bénéficiaires désignés est exonéré dans la plupart des cas.
L’exonération est même totale pour certains bénéficiaires, notamment le conjoint survivant ou le partenaire de PACS. Pour tous les autres bénéficiaires du contrat assurance vie :

  • pour les versements effectués avant le 70ème anniversaire de l’assuré : le capital transmis est exonéré dans la limite de 152 500 euros par bénéficiaire (tous contrats confondus). Un taux forfaitaire de 20% est retenu ensuite jusqu’à 852 500 euros, puis 31,25% au-delà.
  • pour les versements effectués à compter des 70 ans de l’assuré : l’exonération est de 30 500 euros tous bénéficiaires (sauf cas d’exonération totale) et tous contrats confondus. Les produits des versements sont, en revanche, totalement exonérés de droits de succession.

L’ assurance vie, une épargne à moyen terme

A la différence d’un livret d’épargne, il est recommandé, si l’on souhaite souscrire un contrat assurance vie, de disposer d’un horizon d’épargne d’au moins 4 ans. 
Contrairement aux idées reçues, votre assurance vie n’est pas bloquée, mais pour bénéficier d’une fiscalité intéressante,  il est conseillé de conserver son épargne au minimum au-delà des 4 ans et idéalement pendant plus de 8 ans. 

Le saviez-vous?

Mais d’où vient l’assurance vie ? 
Vous pensiez que l’assurance vie avait été créée en France ? Et bien non, l’assurance vie trouve ses origines en Italie, avec le financier Italien Lorenzo Tonti. 
Grâce au soutien de Mazarin, il crée en 1652, des associations de personnes qui veulent mettre leur argent en commun pour une durée limitée. Lorsque la période s’achève, la communauté de personnes est éclatée et le capital est réparti entre elles. 
Il s’agit des premières associations collectives d’épargne qu’on appelle « tontines». 
Elles donneront naissances aux tontines Royales et plus tard à l’assurance vie telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Comment s’y retrouver parmi les acteurs du marché ?

Il existe de nombreux outils dont les simulateurs et les comparateurs en ligne pour vous guider et pour trouver l’acteur qui répondra le mieux à  vos besoins.  Parmi eux,  la MIF est l’une des plus anciennes mutuelles assurance vie du marché.  Elle permet d’accéder à un fonds euro de qualité. Elle offre également le choix d’une gamme d’unités de compte de référence « Quels que soient votre situation familiale, votre âge, ou vos projets, notre Mutuelle d’assurance vie MIF est très attachée à ce que tous les contrats qu’elle propose soient complets, simples à comprendre, de qualité et avec des frais compétitifs. ».

Interview du mois

Patrick Celeri Directeur du développement MIF
Patrick CELERI Directeur du développement

Acteurs du marché, bénéfices, garanties : l’assurance vie en clair 

  • Quelles sont les obligations des assureurs vis-à-vis du souscripteur d’un contrat d’assurance vie en Fonds euros ?  

« Les assureurs garantissent les sommes versées nettes de frais sur le Fonds euros. C’est un placement intéressant pour une personne qui souhaite sécuriser  son épargne. L’assureur va investir sur  les marchés, principalement sur un  portefeuille d’obligation, et fera bénéficier l’épargnant de la plus grande part des produits financier générés » 

  • Les acteurs du marché de l’assurance vie sont nombreux : quels sont vos atouts? 

« Nous sommes une mutuelle sans intermédiaires et sans actionnaires, ce qui permet d’optimiser le taux servi à nos adhérents. Nous bénéficions de plus d’une gestion obligataire interne, avec notre propre salle de marché, ce qui nous permet d’être particulièrement agile et réactif pour saisir les opportunités.» 

  • Le taux rémunération de l’assurance vie en euros est en baisse en France, comment y faites-vous face ? 

« Le taux de rendement moyen des fonds euros en 2016 est d’environ 1,90%.
Il subit directement l’environnement de taux obligataire. A cet égard, les 2,60% nets servis par la MIF sont donc déjà un élément de réponse. De plus, le renforcement systématique de nos réserves constitue un coussin de sécurité supplémentaire pour sécuriser le rendement des prochaines années. »

  •  Que conseillez-vous aux personnes qui ne voient pas l’intérêt de souscrire un contrat d’assurance vie ?

«L’assurance vie est une commode à multiples tiroirs. Elle vous permet d’adapter votre épargne à vos besoins, aussi différents soient-ils : anticipez votre retraite ou  financez vos projets, dynamisez votre épargne ou disposez d’un placement sécurisé, préparez l’avenir de vos enfants ou soutenez vos petits-enfants… le tout dans un cadre fiscal très attractif. Difficile donc de ne pas en saisir l’intérêt pour soi, comme pour ses proches!»

Patrick Celeri Directeur du développement MIF
Patrick CELERI Directeur du développement

A lire aussi...

Baisse du fonds euro : Épargnants, diversifiez vos placements !

Si le fonds euro d’un contrat d’assurance vie reste le placement le plus sûr, son…

2,60 % nets en 2016: la MIF fait cette année encore la course en…

Dans un environnement de taux faibles et d’évolutions réglementaires importantes, la…

Déjà sociétaire MIF? Dynamisez votre épargne en conservant votre…

Pour un contrat à long terme, comme une assurance vie, l’antériorité fiscale est…