Les fonds en euros : toujours attractifs

Les fonds euros 2017 : le taux de la MIF

Ce début d’année civile est l’occasion pour le souscripteur de faire un comparatif des taux de l’assurance vie en 2017. Résultat : si les fonds en euros continuent leur baisse avec un rendement moyen autour de 1,50 %, certains comme la MIF s’en sortent bien mieux (2,50 %). Quels sont les différents types de fonds en euros ? On vous dit tout.

Les fonds en euros classiques, la MIF toujours performante

Les fonds en euros « classiques » sont des portefeuilles de placements financiers gérés par un assureur à qui l’épargnant a confié son capital. La valeur du capital a l’avantage d’être garantie, ce qui rassure nombre de Français qui apprécient tout particulièrement ce support présent dans les contrats d’assurance vie. La compagnie d’assurance a pour mission de faire fructifier les capitaux en plaçant l’épargne collectée principalement sur des obligations d’État et d’entreprises. Or, cette tâche se complique avec le contexte actuel de taux obligataires bas, comme l’illustre le taux OAT de la France à 10 ans qui ne s’élève qu’à 0,8 %.

Le renouvellement des primes (entrées et sorties) provoque la dilution de la proportion d’obligations rentables achetées il y a 8 ans ou plus. Pourtant, ce sont elles qui ont freiné la baisse de la rentabilité des fonds en euros jusqu’à présent. Mais en étant remplacées, elles jouent de moins en moins ce rôle. Résultat : le rendement pourrait encore baisser à 1,3 % en 2018. Évidemment, ce score est toujours plus séduisant que les taux du livret A (0,75 %) ou ceux inexistants du compte courant.

Dans un contexte compliqué, il faut souligner les scores de certains assureurs qui se maintiennent au-delà du seuil de 2 %. C’est le cas de la MIF qui, malgré un léger réajustement de 0,1 point, délivre un taux de rendement sur son fonds en euros de 2,50 % en 2017(1). Sur 5 ans, la rentabilité cumulée atteint +16,94 %. De plus, la MIF dispose d’une réserve de bénéfices de plus d’un an pour compenser la diminution du rendement causée par la faiblesse des taux obligataires.

La MIF s’appuie sur un modèle sans intermédiaire et une offre en ligne boostée par la refonte de son site Internet. De plus, au cours de l’année, la mutuelle a basculé son contrat Compte Épargne Libre Avenir en contrat multisupport. Un contrat d’assurance vie multisupport combine fonds en euros à capital garanti et fonds en unités de compte, plus risqués mais avec un potentiel de performance plus important.

Les fonds eurocroissance, des résultats plus que timorés

Opérationnels depuis 2014, les fonds eurocroissance constituent des solutions d’investissement de long terme combinant dynamisme et sécurité. Comme les fonds en euros classiques, le capital est garanti, mais uniquement à l’échéance établie lors de la souscription. Autrement dit : si l’assuré fixe une échéance à 8 ans, le gestionnaire de fonds lui garantit de récupérer son capital au bout de 8 ans. Cela signifie que l’épargne est bloquée, d’où l’importance pour le souscripteur de disposer d’autres supports liquides.

La garantie des fonds eurocroissance peut être totale ou partielle (80 %). Parmi les critiques, on peut évoquer le fait que le souscripteur se voie logiquement restituer son capital à échéance. Mais, d’une part, au bout de plusieurs années, la somme investie aura perdu de sa valeur réelle vis-à-vis de l’inflation. Et, d’autre part, la somme rétribuée concerne le capital net de frais de versement. Si ces derniers sont fixés à 2 %, l’assuré qui a placé une épargne à hauteur de 15 000 € n’en récupère au final que 14 700 €.

L’idée des fonds eurocroissance est de flécher l’épargne des Français vers le financement de la vie économique, notamment des PME. Avec seulement 2 milliards d’euros d’encours, ces fonds n’ont pas obtenu les résultats escomptés. Les rendements prometteurs affichés sont également loin des niveaux attendus. Après quelques années, ce bilan incite l’État à réfléchir à une réforme en faveur des fonds en euros bonifiés. Ces nouveaux supports présenteraient une garantie évolutive dans le temps. Les premières années du contrat offriraient une garantie d’une fraction seulement du capital (70 % à 80 %), puis une garantie totale du capital à partir de 8 à 10 ans.

Taux compétitifs pour les contrats fléchés sur l’immobilier

Nombre d’épargnants se laissent tenter par l’immobilier pour doper le rendement de leur contrat d’assurance-vie. Étant donnée la hausse continue des prix de l’immobilier depuis des décennies, cette position semble logique.

Sur le marché, les épargnants peuvent cibler les fonds dynamiques dans lesquels les véhicules de placements sont essentiellement des sociétés civiles immobilières (SCPI) et les organismes de placement collectif immobilier (OPCI). Toutefois, ces unités de compte sont risquées puisque le capital n’est pas garanti. Pour plus de sécurité, les épargnants peuvent tout de même injecter de l’immobilier en misant sur des fonds en euros à dominante immobilière.

La caractéristique de ces fonds en euros immobiliers réside dans leur composition. Par exemple, le fonds Sécurité Pierre Euro contient 80 % de pierre papier contre moins de 30 % pour le fonds Euro Innovalia. La présence d’actifs placés sur l’immobilier d’entreprise permet d’obtenir un rendement supérieur à celui promis par les taux obligataires. Le capital investi est surtout sécurisé par l’assureur, qui endosse tous les risques, et les sommes sont disponibles à tout moment. Toutefois, ils demeurent réservés à une clientèle avertie et limitée.

Les fonds en euros immobiliers sont en effet peu nombreux sur le marché et leur accès de plus en plus contraignant. Afin de ne pas diluer les actifs à cause d’une collecte trop importante, les compagnies d’assurance obligent notamment l’investisseur à placer une partie de ses versements sur des unités de compte. Dès lors, ces contraintes de diversification ne sont plus adaptées aux épargnants qui recherchent une sécurité optimale pour leur placement. Au final, ces supports s’adressent plus à un profil d’investisseurs « équilibré » que « prudent ».

Parmi les taux servis en 2017 par ce type de fonds euros immobilier, le meilleur résultat échoit à Sécurité Pierre Euro (3,40 %), Euro Innovalia (2,59 %) et Europierre (2,50 %) complétant le podium. Le fonds Netissima déçoit avec un rendement de 2,1 % (seulement 20 % des versements sont orientés sur l’immobilier).

Face à toutes ces solutions alternatives pour son contrat d’assurance vie, l’épargnant doit donc être vigilant. Classiques ou dynamiques, orientés vers les actions ou dans l’immobilier, les fonds en euros ne sont pas tous comparables, d’où l’intérêt de solliciter les conseils avisés d’un professionnel.

Conseil : pour trouver les meilleurs placements utiles à la gestion de votre patrimoine, n’oubliez pas de comparer les taux de rendement mais aussi les contraintes d’accès (versement initial, part d’unités de compte obligatoire,...), la fiscalité (prélèvements sociaux, abattements, droits de succession,...), les différents types de gestion (gestion sous mandat, gestion libre) ou encore le niveau des différents frais (entrée, versement, gestion).
 

A lire aussi...

2,50 % nets servis en 2017: La MIF affiche à nouveau de belles…

Dans un contexte de taux obligataires bas, la MIF affiche un taux 2017 de 2,50 %,…

Pourquoi si les taux commencent à remonter, les rendements des…

La remontée des taux ne bénéficiera que progressivement aux rendements des contrats…

Comment choisir son contrat d’assurance-vie ?

L’assurance-vie est l’un des placements préférés des Français (1636 milliards d…