6 astuces pour faire des économies et améliorer son pouvoir d’achat

Faire des économies et augmenter son pouvoir d'achat

Vos fins de mois sont difficiles ou vous avez l’intention de concrétiser un projet personnel prochainement. Pour sortir de ces problématiques, la solution passe par l’amélioration de votre pouvoir d’achat. Quel est le comportement à adopter pour faire des économies ? Voici six pistes de réflexion à mener qui, réunies, vous offrent des perspectives intéressantes.

Mieux gérer ses finances personnelles

Améliorer son pouvoir d’achat, c’est en premier lieu faire le point sur ses finances personnelles. Un budget se fonde sur les rentrées et sur les sorties d’argent. Les revenus englobent les salaires, les traitements, les pensions de retraite, les allocations chômage, les aides sociales, les intérêts des capitaux placés (actions, investissements locatifs, etc.). Les dépenses incluent les frais de logement (essentiellement les loyers), les factures régulières (consommation énergétique, assurance mutuelle, forfait mobile, etc.) et les dépenses de vie quotidienne (alimentation, textile, loisirs, etc.).

Pour gagner du pouvoir d’achat, il faut augmenter ses revenus ou alors diminuer ses dépenses. Afin d’y voir plus clair, veillez par exemple à tenir à jour un cahier de comptes qui relève toutes vos transactions mois après mois ou semaine après semaine. Vous pouvez aussi vous aider d’outils d’applications mobiles qui facilitent cette tâche en catégorisant vos dépenses avec des illustrations graphiques visuellement parlantes. Faites ainsi un point chaque semaine pour avoir un suivi régulier de vos finances personnelles et priorisez vos dépenses (indispensables, facultatives ou inutiles).

Réduire ses frais bancaires

Les frais bancaires font partie des dépenses souvent oubliées par les usagers. Pourtant, il est possible de faire des économies notamment en faisant jouer la concurrence. Les frais de tenue de compte sont désormais généralisés dans les grands établissements bancaires. Pour y échapper, vous pouvez souscrire un compte dans une banque en ligne. Si vous respectez les conditions de revenus requises, vous n’aurez rien à verser. D’ailleurs, les banques en ligne proposent aussi l’accès gratuit à une carte bancaire, l’absence de frais sur les paiements et sur les retraits en euros ou encore la gratuité des commissions d’intervention en cas d’incidents de paiement.

Et justement, les incidents de paiement génèrent la plus grande proportion des frais bancaires. Selon l’Insee, ces derniers représentent 0,66% du budget d’un ménage et s’élèvent à 194,30 euros par an en France. Pensez à consulter le solde de votre compte pour éviter de dépasser le montant du découvert bancaire autorisé. Mieux : privilégier une carte à autorisation systématique qui interroge votre compte à chaque opération. Si votre solde n’est pas suffisamment provisionné, l’opération est annulée.

Faire fructifier ses économies

390 milliards d’euros, c’est le montant déposé par les Français au cours du premier trimestre 2019 sur leur compte courant. Que fait cet argent ? Eh bien il dort. Autrement dit, il ne vous rapporte rien. S’il est recommandé de disposer d’une épargne de précaution afin d’anticiper des dépenses imprévues ou en cas d’accident de la vie, le compte courant n’est sûrement pas la solution la plus rémunératrice.

Vos économies doivent rester accessibles à tout moment et être garanties par la banque. Pensez alors à mettre cette cagnotte sur un livret d’épargne rémunéré (Livret A, LDDS) dont le rendement gelé jusqu’en 2020 est de 0,75%. N’oubliez pas que les intérêts défiscalisés peuvent alimenter votre pouvoir d’achat.

Et pour miser sur un produit plus lucratif mais tout aussi sûr pour votre épargne, souscrivez un contrat d’assurance vie en investissant sur le fonds en euros garanti. Le taux moyen servi en 2018 oscille entre 1,60% et 1,70% avec des résultats plus performants pour certains acteurs, comme la MIF où le fonds en euros garantis atteint 2,35% nets en 2018.

Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.

Faire des économies sur ses dépenses énergétiques

Parmi les dépenses incontournables mais qui peuvent fluctuer, on trouve les dépenses liées à la consommation d’eau, d’électricité ou de gaz. Vous pouvez agir sur deux leviers pour alléger vos factures : soit en adoptant un comportement plus vertueux, soit en faisant jouer la concurrence. Et plus certainement encore, en faisant les deux simultanément.

La libéralisation du marché de l’énergie a ses vertus comme le fait de disposer du choix de son fournisseur, historique ou alternatif, ou de pouvoir comparer les offres du marché. Il est possible de sélectionner des offres indexées qui attribuent un pourcentage de réduction par rapport aux tarifs réglementés, mais aussi des offres à prix fixes sur une période déterminée par le contrat, ou encore des offres d’électricité ou de gaz favorisant les énergies renouvelables.

Pour booster votre pouvoir d’achat, habituez-vous aux gestes économes comme préférer la douche au bain, éteindre les lumières inutiles, choisir des ampoules basse consommation, arrêtez les mises en veille des appareils électriques, adapter votre température de chauffage, etc. Pensez aussi à l’essence en réduisant votre vitesse au volant : 10km/h en moins, c’est 10% de carburant en moins.

Réviser et moduler ses contrats d’assurance

La législation a évolué pour faciliter le jeu de la concurrence entre les assureurs et permettre aux souscripteurs de résilier leur contrat plus simplement. D’abord, la loi Lagarde de 2010 a entériné la délégation d’assurance notamment pour l’assurance emprunteur : le souscripteur n’est pas obligé de choisir l’assurance de son crédit immobilier chez son organisme prêteur. Il peut opter pour un contrat individuel plutôt qu’un contrat groupe.

La loi Hamon de 2014 permet la résiliation des contrats d’assurance emprunteur au cours de la première année. Il faut cependant que la nouvelle assurance de prêt soit au moins équivalente à l’assurance de prêt initiale en termes de garanties. Enfin, l’amendement Bourquin autorise la résiliation à chaque date anniversaire du contrat avec à la clé de potentielles économies.

Pour votre assurance habitation ou votre assurance automobile, il est recommandé de faire le point tous les trois ans afin de voir si les tarifs des offres concurrentes pour les nouveaux clients sont alléchants. Si vous conduisez peu, optez pour le « pay as you drive », votre prime auto étant indexée sur le nombre de kilomètres parcourus.

N’oubliez pas non plus de requalifier vos contrats d’assurance si votre situation personnelle, professionnelle ou patrimoniale évolue. Enfin, chassez les doublons d’assurance qui lestent votre budget. Par exemple, l’assurance multirisque habitation ou celle adossée à votre carte bancaire vous couvre déjà sur plusieurs risques si vous voyagez.

Optimiser son budget course

Le budget alimentaire est sans conteste le plus élevé après le loyer. Là encore un comportement plus responsable en appliquant quelques astuces peut faire baisser la pression sur vos finances personnelles. Privilégiez par exemple les hard-discounters avec des prix low cost. Autre idée : réduire au maximum le gaspillage alimentaire en ne jetant pas systématiquement ce qu’il reste dans l’assiette à la poubelle.

Avant de faire ses courses, mieux vaut vider son frigo pour faire un bon état des lieux, faire une liste de courses pour ne pas s’éparpiller ou pousser la porte des hypermarchés le ventre plein ! Chassez ensuite les réductions désormais accessibles depuis son smartphone ou les marques distributeurs, sans délaisser les produits en promotion dont la date de limitation de consommation approche. Pour ne pas subir la tentation dans les rayons, faites vos courses au drive ce qui permet de stabiliser vos dépenses. Enfin, pour vos repas du midi, préparez votre gamelle et économisez les frais de restaurant et de sandwichs avalés sur le pouce.

 

A lire aussi...

Découvrez la vidéo : Comment bien gérer son budget

Sophie Liotier, experte en finances personnelles, revient sur l’importance de bien…

Le pouvoir d’achat : définition, perception et évolution

Christophe Baud-Berthier, directeur des enquêtes à la Banque de France, revient sur…

Comment épargner avec un revenu moyen ?

Transmission, financement d’un projet, passage à la retraite, anticipation en cas de…