Bien gérer son argent en épargnant efficacement

 comment gérer son argent

17 %, c’est la part des Français estimant posséder une connaissance élevée sur les questions financières d’après la récente étude effectuée par le cabinet Audirep pour la Banque de France.

Pour pallier les carences en termes de culture économique, l’OCDE échafaude quatre piliers d’action afin de :

  • développer une éducation budgétaire et financière pour les jeunes ;
  • développer les compétences à mobiliser dans l’accompagnement des personnes en situation de fragilité financière par les intervenants sociaux ;
  • soutenir les compétences budgétaires et financières tout au long de la vie ;
  • donner à tous les publics les clés de compréhension des débats économiques.

C’est l’occasion de revenir sur les comportements d’épargne des Français et de distiller les conseils pour bien gérer votre argent et votre budget mensuel, en exploitant les nouveaux outils et en plaçant ses économies sur les bons produits financiers en fonction de vos objectifs.

Les Français, rois de l’épargne sans risque

Malgré la fin de mois difficile pour certains, les chiffres qui s’accumulent depuis plusieurs années ne trompent pas : le Français est visiblement plus fourmi que cigale. La Fédération française de l’assurance (FFA) a publié le jeudi 23 mai 2019 les résultats des collectes des divers produits d’épargne depuis le début de l’année.

Le produit phare : l’assurance vie

Ainsi, la collecte de l’assurance vie s’élève à 3,4 milliards d’euros une fois les rachats opérés à la fin du mois d’avril. Sur les quatre premiers mois de l’année, cette collecte atteint 11,2 milliards d’euros pour un encours de 1 745 milliards d’euros. La FFA précise qu’à la fin de l’année précédente, l’assurance vie agrégeait 38 millions de bénéficiaires, ce qui représente un encours moyen par ayant droit de 46 000 euros.

Encours record pour les livrets d’épargne réglementés

Les produits d’épargne réglementés comme le Livret A et la Livret de développement durable et solidaire (LDDS) sont également plébiscités par les épargnants. Au mois d’avril, leur collecte grimpe à 2,48 milliards d’euro, un record en rythme mensuel ! Sur le premier trimestre 2019, les données de la Caisse des dépôts indiquent une collecte nette de 12,13 milliards d’euros, pour un encours global au plus haut à 400 milliards d’euros.

Le numéraire et les dépôts à vue également en hausse

Outre l’engouement pour les placements sans risque, liquides et fiscalement avantageux, les Français aiment avoir de l’argent en numéraire ou sur leurs comptes courants bancaires même si cette épargne ne travaille pas. La Banque de France évalue à 560,7 milliards d’euros, à la fin de l’année 2018, cet argent qui dort (8400 euros par habitant !).

Bon à savoir : La totalité des placements financiers représente plus de 5 000 milliards d’euros fin 2018, soit un recul sur un an de 40 milliards d’euros suite à la baisse spectaculaire des marchés boursiers au mois de décembre.

Immobilier : un autre placement privilégié par les épargnants

Les Français apprécient également de placer leur argent dans l’immobilier. L’Insee estimait en 2015 (derniers chiffres accessibles de son enquête patrimoine) que le patrimoine moyen net des ménages s’élevait à 235 900 euros, avec une médiane située à 113 900 euros. Les placements dans la pierre papier (SCPI, SCI, OPCI) dopent d’ailleurs le rendement des supports en unité de compte des contrats d’assurance vie multisupports.

Contrôler son budget en étant prévoyant !

Plus on met de l’argent de côté tôt, plus la constitution d’un capital sera simple. C’est le cas pour une personne active qui économise afin de contrebalancer une baisse de ses revenus au moment du départ en retraite. C’est aussi le cas pour les parents qui épargnent pour leurs enfants dès leur plus jeune âge afin d’avoir une cagnotte pour payer leurs études ou leur permis de conduire.

Faire ses comptes : déterminer votre reste à vivre chaque mois

Le reste à vivre, c’est tout simplement l’argent qu’il vous reste une fois que toutes vos factures et que toutes vos dépenses courantes dites incompressibles sont payées. Veillez à ne rien oublier dans ce calcul.

Votre revenu doit additionner ce que vous touchez de votre activité professionnelle (votre salaire, vos primes, votre rémunération, vos honoraires, etc.), les aides publiques et les revenus de votre patrimoine. Côté charges fixes, comptabilisez vos dépenses courantes (loyer, crédit, factures, abonnements, alimentation, essence, etc.).

En soustrayant vos dépenses à vos rentrées d’argent, vous obtenez votre reste à vivre, donc vos capacités d’épargne.

Budget familial : gérer ses revenus et ses dépenses

Pour épargner, il n’y pas de mystère : vous devez soit enregistrer des revenus supplémentaires, soit réduire vos dépenses. Savoir gérer son budget s’avère donc primordial.

Surtout, une bonne gestion budgétaire évite de basculer dans les découverts bancaires. Une fois dans le rouge, votre banque se chargera de vous sanctionner (agios, commissions d’intervention, etc.) ce qui, paradoxalement, vous endettera un peu plus, un cercle vicieux pouvant vous entraîner vers le surendettement.

C’est aussi l’occasion de faire jouer la concurrence pour réduire vos frais bancaires ou d’opter pour un compte joint (compte commun) pour régler les dépenses communes au couple !

Projeter un prévisionnel de début de mois

La maîtrise d’un budget passe automatiquement par une répartition équilibrée entre les divers postes de dépense. Voici un exemple de ce qu’il est possible de faire pour bien tenir son budget tous les mois, sachant évidemment que cela varie en fonction de la situation familiale, professionnelle et patrimoniale de chacun : 45 % dédiés aux dépenses fixes, 30 % aux dépenses variables, 15 % à l’épargne et 10 % aux loisirs.

En gérant correctement votre argent, vous ne vous priverez pas, tout en pouvant faire face à vos dépenses récurrentes, vos mensualités de remboursement et vos échéances.

Faire des économies pour mieux épargner

Pour économiser, agir sur le montant de ses dépenses apparaît plus accessible que de gagner plus en augmentant ses ressources. Veillez à consulter attentivement les relevés mensuels de votre compte en banque !

Un changement de comportements au quotidien peut parfois suffire à dégager déjà une petite enveloppe financière : réduire sa consommation d’eau, d’électricité ou d’essence, profiter des promotions, des bonnes affaires et autres codes de réduction shopping pour vos achats, privilégier le fait maison, anticiper ses vacances pour élaborer votre budget voyage, etc.

Disposer d’une épargne de précaution pour s’éviter des fins de mois difficiles

De l’achat coup de cœur jusqu’aux frais de dentiste, en passant par l’accident de voiture ou le remplacement d’un chauffe-eau : vous devez avoir, dans la mesure du possible, une épargne de précaution en cas de dépenses imprévues ou de dépenses exceptionnelles.

L’idée consiste à puiser dans une réserve dédiée plutôt que dans l’épargne de long terme, ou de vous créer inutilement des dettes en souscrivant un prêt à la consommation ou un crédit renouvelable.

La règle générale veut que l’épargne de précaution soit équivalente à deux ou trois mois de salaire.

Banque et solution de paiement : les services pour épargner

Les établissements bancaires mettent de plus en plus à disposition de leurs clients des outils de gestion budgétaire facilement accessibles en ligne via leur site web ou leur application mobile.

Pas d’endettement avec la carte de paiement à autorisation systématique

La carte bancaire est pratique mais parfois trompeuse car elle ne permet pas d’évaluer physiquement ses dépenses contrairement aux espèces.

Pour ne pas dépasser les plafonds de paiement et de retraits, synonymes de découverts bancaires autorisés ou non, la carte de paiement à autorisation systématique est une alliée. En effet, à chaque transaction, le solde du compte bancaire est interrogé. Si l’argent n’est pas disponible, l’opération est invalidée.

Dépenses mensuelles : le prélèvement bancaire

Régler par prélèvement bancaire permet d’être renseigné plusieurs jours en amont de la somme qui va être retirée de son compte courant. Un virement permet donc de s’organiser à l’avance, là encore pour éviter de tomber dans le rouge.

Mensualiser avec le prélèvement bancaire est également utile pour lisser les dépenses importantes tout au long de l’année, au lieu d’avoir un important retrait d’un seul coup, pouvant entraîner de ponctuelles restrictions budgétaires.

Finances personnelles : vive les applications mobiles bancaires !

Les acteurs bancaires (banques traditionnelles, banques en ligne, banques mobiles) déploient une gamme élargie de services et de fonctionnalités sur leurs applications mobiles bancaires.

De la catégorisation des dépenses aux notifications d’alertes, de l’agrégateur de comptes au blocage/déblocage du paiement mobile, des modifications des plafonds de carte bancaire au paiement par sms entre amis : tout est fait pour accompagner les usagers dans la bonne gestion de leur budget.

Les services de coaching en ligne

Plusieurs Fintechs utilisent les outils d’intelligence artificielle pour proposer un dispositif de coach bancaire en ligne via des chatbots ou des conseillers à distance, et améliorer la fin du mois.

Et ils sont nombreux sur cette activité fleurissante à militer pour une meilleure éducation financière des épargnants français : l’assistant personnel sur mobile qui optimise vos contrats, le conseiller qui pilote la gestion de votre patrimoine, le guide d’investissement automatisé par projets, le coach bancaire et budgétaire, l’assureur 100 % en ligne, etc.

Placer son épargne sur les bons produits bancaires

Une fois que vous êtes parvenu à adopter des comportements vertueux dans la gestion du budget, vous pouvez investir vos économies sur différents produits d’épargne en fonction de votre profil et de votre horizon de placement.

Ouvrir un livret d’épargne réglementé

Les livrets d’épargne réglementés constituent des placements sûrs et liquides. Autrement dit : vous pouvez récupérer votre argent à tout moment, tout en bénéficiant d’un capital garanti et de l’absence de fiscalité sur les gains de ce capital obtenus. Pratiques et flexibles, le Livret A et le LDDS n’offrent toutefois pas de rendements très élevés : taux de 0, 75 % gelé au moins jusqu’en février 2020.

Le Livret d’épargne populaire (LEP) ou le livret jeune (12-25 ans) sont également des livrets réglementés par l’État qui en fixe les caractéristiques et le degré de rémunération du capital. Toujours dans cette catégorie, vous pouvez déposer votre épargne sur un Compte épargne logement (CEL) ou un Plan d’épargne logement (PEL) dans l’optique de souscrire un jour un emprunt immobilier à des conditions plus avantageuses. Attention tout de même à la nouvelle fiscalité qui s’élève à 30 % pour les CEL souscrits au 1er janvier 2018 et les PEL âgés de plus de douze ans.

Placer son argent sur l’assurance vie

L’assurance vie est un produit financier qui permet de se constituer un capital pouvant être racheté à tout moment. Flexible, le contrat assurance vie est également avantageux fiscalement. Ainsi, en cas de décès du souscripteur, le capital perçu par les bénéficiaires, inscrits dans la clause du contrat qui est modifiable à tout moment, est exonéré des frais de succession. De même, au-delà de huit ans dans la plupart des cas, les intérêts perçus ne sont plus fiscalisés.

Le versement des cotisations mensuelles a l’avantage d’être libre ou programmé. En fonction de l’évolution des revenus, des versements complémentaires peuvent même être finalisés. Les placements peuvent se répartir sur deux catégories en fonction de sa stratégie d’épargne : les fonds en euros garantis ou les unités de comptes à capital non garanti.

Le rendement moyen d’un contrat d’assurance vie en fonds euros est de 1,8 % en 2018 même si certains contrats décrochent de meilleures performances à l’instar du fonds en euros des contrats d’assurance vie de la MIF qui ont servi un taux de 2,35 % net de frais de gestion. Notez que la MIF vous permet également de diversifier votre épargne grâce au Compte Épargne Libre Avenir Multisupport.

Bon à savoir : l’assurance vie permet d’adapter sa stratégie d’épargne tout au long de sa vie, en fonction des évolutions de sa situation familiale, professionnelle et patrimoniale. Outre les avantages fiscaux générés (abattements annuels), c’est un outil de transmission de patrimoine efficace car elle n’entre pas dans le calcul des droits de succession.

Rendements nets de frais de gestion et hors prélèvements fiscaux et sociaux. Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.
Tout investissement en unités de compte est soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse et comporte un risque de perte en capital

A lire aussi...

Découvrez la vidéo : Comment bien gérer son budget

Sophie Liotier, experte en finances personnelles, revient sur l’importance de bien…

Lire son bulletin de paie avec le prélèvement à la source

Au 1er janvier 2019, le prélèvement à la source (PAS) de l’impôt sur le revenu entre…

Comment épargner avec un revenu moyen ?

Transmission, financement d’un projet, passage à la retraite, anticipation en cas de…