Comment épargner avec un revenu moyen ?

L'épargne avec un salaire moyen

Transmission, financement d’un projet, passage à la retraite, anticipation en cas de coup dur, stratégie de rentabilisation de son capital : les raisons d’épargner sont nombreuses. Comment y parvenir avec un revenu moyen? Quels sont les produits d’épargne en 2019 à privilégier ? Réponses.

De l’importance de se constituer une épargne de précaution

11%, c’est le pourcentage de personnes en situation de fragilité financière accompagnées par l’association Crésus qui gagnent plus de 3.500 euros par mois. Avoir une épargne même de secours est donc requis pour tout le monde, y compris ceux qui disposent a priori de solides revenus.

Qu’est-ce que l’épargne de précaution ?

L’épargne de précaution consiste à mettre de l’argent de côté afin d’avoir un matelas de sécurité en cas de coup dur (période de chômage, réparation d’une voiture, travaux dans son habitation, etc.). Surtout, cette réserve d’argent permet de conserver une indépendance financière et évite par exemple de souscrire un crédit à la consommation, augmentant le taux d’endettement voire ouvrant la porte à une situation de surendettement.

Comment se constituer une épargne de sécurité avec des rentrées d’argent plutôt modestes ? Concrètement, la Fédération française des associations Crésus en lutte contre le surendettement invite à épargner au moins 10% de ses revenus (salaires, pension de retraite, RSA, traitements, intérêts des placements financiers, etc.). Généralement, les professionnels du patrimoine recommandent d’avoir en réserve entre six mois et une année de revenus.

Épargner en appliquant la règle des 10%

L’épargne de précaution nécessite de bien évaluer ses rentrées d’argent (salaires, pensions, aides sociales, etc.), ses dépenses incompressibles régulières (loyers, assurance, mutuelle, factures d’eau et d’électricité, etc.) et ses dépenses nécessaires et variables (alimentation, santé, vêtement). Pour pouvoir épargner, il faut donc que les revenus soient supérieurs aux dépenses, en vous référant à la règle des 10%.

Exemple : si vous disposez de 1.600 euros par mois de revenus, il faudrait pouvoir mettre 160 euros de côté (soit une enveloppe de 1.920 euros sur un an). Si vous ne possédez pas cette somme en faisant la différence entre vos revenus et vos dépenses, vous devrez agir sur ces dernières en économisant sur certains postes budgétaires. Plusieurs outils en ligne permettent désormais de visualiser ses dépenses par catégorie notamment sous forme de graphiques très explicites.

Cibler les produits d’épargne flexibles et sûrs

La Fédération française des associations Crésus incite fortement les emprunteurs à ne pas puiser dans cette épargne de précaution afin de se constituer leur apport personnel au moment de souscrire un crédit immobilier. Il faut avoir de la constance et respecter cette règle de 10% y compris quand il s’agit de rembourser ses mensualités sous peine de se trouver dans l’embarras au moment de financer des travaux imprévus dans le logement acheté.

L’épargne de précaution doit répondre à deux principes essentiels : être disponible à tout moment (on parle de liquidité de l’épargne) et pouvoir puiser dans cette enveloppe sans avoir à payer des frais pour cela. Les produits qui répondent à ces deux caractéristiques sont le compte courant et le livret d’épargne bancaire. La différence entre les deux se fait sur la rémunération du capital.

Où placer son épargne en 2019 ?

Retour de l’inflation, maintien de la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne, rémunération des produits d’épargne gelée ou en baisse, turbulences des marchés boursiers : faut-il choisir les placements sûrs qui rapportent peu ou des produits plus lucratifs mais risqués ?

Compte courant ou livret d’épargne réglementé ?

Le compte courant ne rapporte rien. Pourtant, le volume d’argent déposé n’a jamais été aussi élevé : 390 milliards d’euros dormiraient sur les comptes courants des Français au premier trimestre 2018 rapporte le journal Les Echos. Les épargnants doivent donc opter pour les livrets bancaires réglementés et défiscalisés (Livret A et LDDS) dont le taux de rendement est gelé jusqu’en 2020 à 0,75% sans frais.

Le Livret d’Épargne Populaire (LEP) est une solution rémunérée à 1,25%. Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Les versements et les retraits sont libres. Par contre, le plafond du LEP est limité à 7.700 euros (hors intérêts capitalisés) contre 22.950 euros pour le Livret A. Surtout, ce produit est réservé aux ménages modestes. En 2019, le foyer fiscal ne doit pas avoir perçu en 2017 des revenus supérieurs à 19.779 euros pour un quotient familial d’une part.

Une autre option est de placer ses économies sur votre plan d’épargne logement (PEL) à condition qu’il soit ancien. Pourquoi ? Car son rendement est supérieur : 2,29% nets si le PEL a été souscrit entre 2000 et 2003. En revanche, l’intérêt est réduit à néant pour les PEL ouverts après le 1er janvier 2018. Certes, leur rémunération atteint 1% mais, désormais fiscalisés, ils ne rapportent plus que 0,70% une fois les impôts et les prélèvements sociaux retirés. Autre désavantage de taille : l’absence de liquidité d’un PEL incompatible avec les attentes d’une épargne de précaution. Tout retrait entraîne sa clôture.

Des livrets d’épargne à l’assurance vie en fonds euros

En 2019, les livrets d’épargne réglementés et défiscalisés demeurent les produits les plus adaptés à court terme. Néanmoins, avec un taux fixé à 0,75%, ils ne parviennent pas à vous faire gagner de l’argent. Pourquoi ? Parce que leur rendement est inférieur à l’inflation connue en 2018 (1,80%).

Paradoxalement, ces solutions s’avèrent plus généreuses que les autres livrets bancaires du marché qui rapportent en moyenne entre 0,10% et 0,20% brut par an. Leur seul intérêt est qu’ils seraient les premiers à répercuter une remontée des taux sauf que la BCE a repoussé cette idée au moins jusqu’en 2020.

Les spécialistes préconisent de laisser sur le livret A l’épargne de précaution pour mieux basculer l’excédent de trésorerie vers des produits plus rémunérateurs. L’alternative est la souscription d’une assurance vie en fonds en euros garantis. La moyenne des taux servis en 2018 avoisine 1,8%, rendement avant les prélèvements sociaux (17,2%).

Optimiser son assurance vie

Il est intéressant de placer une partie de votre épargne de précaution sur un contrat d’assurance vie en fonds en euros à deux conditions :

  • le contrat doit avoir au moins 8 ans ou pratiquement 8 ans afin de profiter de l’abattement de 4.600 euros sur vos gains (9.200 euros pour un couple) ;
  • le contrat doit impliquer des frais minimum voir nuls sur les versements pour que sa rémunération ne soit pas aussitôt confisquée par l’assureur.

 

Miser sur les contrats d’assurance vie de la MIF

Régulièrement louée pour la qualité et pour la performance de ces contrats d’assurance vie, la MIF met à la disposition de sa clientèle plusieurs solutions selon ses besoins. Retour sur les caractéristiques de l’offre d’assurance vie MIF.

Taux servi en 2018 par le fonds euros de la MIF : 2,35% nets

Le directeur général de la MIF, Olivier Sentis, dans son communiqué, explique qu’avec « une remontée de l’inflation estimée à 1,8% l’année dernière, il était en effet essentiel de protéger l’épargne de nos souscripteurs avec un taux réel positif ». Ce dernier s’élève à 2,35% contre 2,50% en 2017, faisant du fonds euros de la MIF l’un des plus performants du marché.
Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.
Soucieuse de renforcer « le pouvoir d’achat de l’épargne en dépit d’un climat économique maussade », la MIF limite ses provisions pour participation aux bénéfices pour une meilleure redistribution. La participation aux excédents de la mutuelle est de 105 millions d’euros, la réserve de capitalisation de 119 millions d’euros. La MIF rappelle d’ailleurs que le même rendement est servi à tous ses contrats « quels que soient l’ancienneté (…), que le produit soit ouvert ou fermé à la souscription, le niveau d’épargne ou le taux d’exposition en unités de compte ».

Le contrat d’assurance vie multisupport de la MIF

Le Compte Épargne Libre Avenir Multisupport a été récompensé d’une Victoire d'Or 2018 décernée par le magazine Le Particulier en partenariat avec le spécialiste de l’analyse financière Quantalys. L’expert ne s’appuie pas uniquement sur les taux servis par l’assurance vie de la MIF mais surtout sur les perspectives en mettant en avant les contrats « les mieux armés pour le futur ». Sont pris en compte la performance du fonds euros dans le temps, la diversité, les frais et la qualité des supports en unités de compte. Un ensemble de critère qui font du Compte Épargne Libre Avenir Multisupport le meilleur contrat multisupport grand public du marché.

Le Compte Épargne Libre Avenir Multisupport allie à la qualité de son Fonds €uro MIF (taux servis de 2,88% nets annualisés sur la période 2014-2018) l’opportunité d’investir dans une gamme de 15 supports en unités de compte. Cette sélection de fonds patrimoniaux ou flexibles, de fonds obligataires et monétaires, des fonds d’actions européennes et d’actions internationales offre plusieurs sources d’investissement.

Le souscripteur bénéficie d’un accompagnement à l’adhésion tout en conservant une gestion libre de son contrat. Accessible à partir de 15 euros par mois de versement, le contrat inclut des frais de gestion sur le fonds euros de 0,35% et sur les unités de compte de 0,60%. Les frais d’arbitrage et de versement sont nuls sur les unités de compte, et réduits et dégressifs sur le fonds euros.
Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.
Tout investissement en unités de compte est soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse et comporte un risque de perte en capital.

A lire aussi...

L’épargne salariale

L’épargne salariale est un dispositif qui permet aux salariés de se constituer une…

L’intérêt des versements programmés

Il est possible et utile de verser régulièrement des sommes sur son contrat d…

Découvrez la vidéo : Comment bien gérer son budget

Sophie Liotier, experte en finances personnelles, revient sur l’importance de bien…