Bien préparer sa retraite

Bien préparer sa retraite complémentaire

Le passage à la retraite s’accompagne le plus souvent d’une baisse des revenus. On perçoit en général une pension nettement inférieure au dernier salaire perçu. Il est important donc quel que soit son statut – cadre, non cadre -, de bien préparer sa retraite afin d’anticiper cette baisse des revenus.

Epargner pour préparer sa retraite

Nombreux sont ceux qui considèrent leur niveau de pension comme insuffisant et qui désirent épargner en vue d’une amélioration des revenus lorsque la retraite survient. A ce besoin d’épargne, on identifie trois motivations différentes:

  • Compléter une retraite qu’on estime être insuffisante,
  • S’inscrire dans la perspective d’un départ à la retraite avant l’âge permettant d’obtenir une retraite à taux plein,
  • Se constituer un matelas de sécurité pour le cas où le chômage ou d’autres aléas ne permettraient pas une durée de cotisation suffisamment longue.

Si l’on part de l’objectif qui est de se constituer un revenu complémentaire régulier et sécurisé pour toutes ses années de retraite, l’intérêt des formules spécifiques de l’épargne retraite est évident.

  • Une épargne longue opérée par des versements réguliers s’avère plus fructueuse qu’une épargne plus importante mais plus courte.
  • L’importance des versements peut être variable selon les moments de la vie et les revenus perçus. Alors que l’on a souvent tendance à reporter ou à minimiser son épargne pour un but éloigné comme la retraite, les dispositifs d’épargne retraite permettent de « s’imposer » à soi-même une règle de conduite du type « épargner plus demain », c’est-à-dire non pas immédiatement mais dans l’avenir, en particulier après une augmentation de salaire.
  • L’épargne retraite est en général un cadre approprié pour réaliser des placements en actions qui, en moyenne sur longue période, rapportent plus que les obligations. Ce qui a des effets cumulatifs importants sur le revenu complémentaire que l’on peut espérer obtenir au bout de 25 ou 30 ans. Mais attention, cette conclusion repose sur des observations historiques (sur le passé) et sur des portefeuilles d’actions très diversifiés. De plus, certains produits d’épargne retraite sont pourtant majoritairement placés en obligations (cas des produits dits « en points » comme Préfon ou le Cref/Corem par exemple). D’autres le sont obligatoirement à partir d’un certain âge (cas des PERP).

Les principaux produits d’épargne retraite

La loi de 2003 sur la réforme des retraites a ouvert à toute personne la possibilité de se constituer une retraite complémentaire, en plus des régimes par répartition, soit à titre privé soit dans le cadre de son activité professionnelle. Elle a créé trois dispositifs spécifiques : le plan d’épargne retraite populaire (PERP), le plan d’épargne retraite entreprise (PERE) et le Plan d’épargne retraite collectif (PERCO).

Ils complètent les dispositifs d’épargne retraite complémentaire déjà existants : contrats Madelin pour les non-salariés, Préfon ou Cref/Corem pour les fonctionnaires, retraites supplémentaires à prestations définies (retraites chapeau) ou à cotisations définies mises en place dans certaines entreprises.

Par ailleurs les contrats d’assurance vie peuvent être des supports intéressants pour épargner en vue de la retraite.

Un conseil : Il faut partir de l’objectif final pour constituer le programme d’épargne le mieux adapté en termes d’effort, de durée et d’arbitrages entre rendement et risques.

Faire le point sur sa carrière et vérifier ses points de retraite

Il est important de consulter son dernier Relevé individuel de situation (RIS), le plus souvent directement disponible dans l’espace client de sa caisse de retraite. Ce Ris récapitule les trimestres cotisés et les points de retraite acquis auprès des différents régimes de retraite obligatoire. Dès l’âge de 45 ans, il est possible également de bénéficier gratuitement d’un Entretien Information Retraite (EIR) afin d’obtenir des simulations et des réponses personnalisées sur sa retraite. Il suffit pour cela de contacter un conseiller retraite auprès de de sa caisse de retraite.

A partir de 55 ans, puis tous les cinq ans jusqu’au départ à la retraite, la caisse de retraite adresse l’estimation indicative globale. En plus des indications du relevé individuel de situation, ce document important donne une estimation du montant de la future retraite. Quant à sa retraite complémentaire, on peut consulter le relevé de points sur le site de l’organisme qui gère sa retraite complémentaire (Arrco et Agirc).

IEFP la finance pour tous

 

A lire aussi...

Infographie: la retraite

Pour une personne en activité, la retraite se résume assez souvent à un horizon plus…

Comment choisir son contrat d’assurance-vie ?

L’assurance-vie est l’un des placements préférés des Français (1636 milliards d…

Prendre sa retraite à l’étranger : ce qu’il faut savoir

1,2 million : c’est le nombre de retraités résidant à l’étranger au 31 décembre 2016…