Zoom sur l’assurance rente d’éducation des enfants

L'assurance rente éducation des enfants

Accompagner ses enfants est un leitmotiv partagé par tous les parents, mais les accidents de la vie peuvent perturber les rentrées financières dédiées à cet objectif. Comment faire pour éviter cette mésaventure ? La solution, c’est de souscrire une assurance prévoyance rente d’éducation afin d’obtenir les financements nécessaires pour que vos enfants puissent suivre leurs études, quoi qu’il arrive et en toute quiétude.

Comment les Français financent-ils les études supérieures de leurs enfants ?

Selon une étude réalisée par CSA Research pour Cofidis France et publiée en mai 2018, le budget moyen consacré aux études supérieures par les ménages français est de 7 118 €. L’université demeure le parcours le plus abordable financièrement (6 473 €), bien moins onéreux que ceux des écoles de commerce (10 735 €) et des écoles d’ingénieurs (9 733 €). Le logement est le poste de dépenses le plus conséquent. Suivent les frais de scolarité et les frais alimentaires.

Les parents anticipent ces dépenses à 79 %, obligés à réaliser des arbitrages financiers. La plupart sollicitent leur épargne (87 %), les jobs étudiants (24 %) et les crédits à la consommation (10 %). Nombreux sont ceux qui recherchent des bons plans pour alléger la facture comme le fait de décrocher un petit boulot en parallèle des cours ou de profiter de la réduction des cartes d’abonnement notamment pour le transport.

Payer les études supérieures s’avère un luxe pour certaines catégories de population, notamment pour les bas salaires et bien évidemment les personnes frappées par un accident de la vie provoquant une situation d’invalidité, d’incapacité de travail voire de décès d’un des parents. C’est ainsi que l’assurance décès prévoyance reversant un capital à dessein revêt toute son importance pour la poursuite des études des enfants et leur insertion dans le monde professionnel.

Bon à savoir : un capital en cas de décès souscrit auprès d’une compagnie d’assurance permet de couvrir les frais obsèques. Cette somme reversée empêche de devoir puiser dans l’épargne retraite en partie dédiée au financement des études de vos enfants.

Assurance rente éducation pour couvrir les besoins financiers des études de ses enfants

En cas de décès ou d’invalidité totale du souscripteur, la rente d’éducation garantit le versement d’un revenu aux enfants désignés comme ayants droit dans la clause bénéficiaire notifiée dans le contrat. La poursuite de leurs études reste la condition impérative pour débloquer ce capital-décès. Le contrat prévoyance souscrit permet d’annihiler les conséquences financières d’une perte d’autonomie par exemple.

Généralement, le contrat d’assurance fixe un âge limite, allant de 18 à 28 ans. Les bénéficiaires de la garantie décès sont les enfants de l’assuré ou son conjoint. Il est possible de désigner les enfants les moins âgés si les aînés ont déjà achevé leurs études. Pour un enfant mineur, son tuteur gère la rente.

Hors clauses d’exclusions précisées dans le contrat, le versement de la rente d’éducation n’est valable qu’en cas de décès de l’assuré ou d’invalidité totale. Si l’invalidité n’est que partielle, ou si l’assuré est vivant au terme du contrat, les fonds sont perdus.

Cotisations, versement et avantage fiscal

Le niveau des cotisations tient compte de la situation professionnelle de l’assuré, de l’âge du souscripteur et de ses enfants, du montant et de la durée de la rente. Plus les cotisations se font tôt, plus leur niveau est faible.

Le calcul du montant de la rente d’éducation se base sur le salaire brut perçu par l’assuré sur les 12 derniers mois qui précèdent le décès. Si celui-ci était en arrêt de travail ou sans emploi, le calcul se fait au prorata temporis.

Distinguons la rente linéaire, constante dans le temps, de la rente croissante, qui s’adapte à l’âge et donc aux besoins de l’enfant. Enfin, sachez que fiscalement, les capitaux de la rente éducative sont exonérés d’impôts.

À noter : en cas de handicap avéré de l’enfant, la rente peut être perçue à vie.

Prévago l'espace conseil prévoyance de la MIF

A lire aussi...

Prévoir pour ses enfants : quelles possibilités ?

Nombreux sont les parents et les grands-parents qui souhaitent constituer un capital…

Les enfants et l’argent : comment leur en parler?

L’argent reste souvent un sujet tabou entre les parents et les enfants. Et pourtant,…

La prévoyance avant 40 ans : superflue ou nécessaire ?

La question de l’âge pour souscrire une assurance-prévoyance n’est pas anodine car c…