Les nouveaux moyens de paiement

Nouveaux moyens de paiement

Paiement sans contact par carte ou via le téléphone mobile, Bitcoin, monnaies locales, applications de paiement mobiles… Propulsés par des banques, des fintech ou des acteurs locaux, ces nouveaux moyens de paiement répondent aux nouveaux besoins des consommateurs.

Le paiement sans contact par carte ou avec le téléphone

La carte bancaire sans contact, proposée par les banques, permet l’achat sans insertion de sa carte bancaire dans le lecteur et sans entrer son code personnel. Pour des raisons de sécurité, le montant d’un paiement est limité à 30 euros par opération pour les cartes émises depuis le 1er octobre 2017 (20 euros pour celles en circulation avant cette date). Chaque banque fixe le montant maximum cumulé des paiements sans contact pour une périodicité donnée et le nombre maximum de transactions consécutives autorisées. Selon une étude*, 67 % des détenteurs de carte bancaire sans contact souhaitent sa généralisation, les achats envisagés étant à 77 % des « achats du quotidien ».

Avec un smartphone, on peut également payer sans contact. Il faut saisir un code confidentiel sur le téléphone mobile, puis passer le téléphone mobile devant la borne pour valider le paiement. Le paiement sans contact avec son téléphone mobile est actuellement plafonné à 300 euros. Ce mode de paiement est perçu par le panel de l’étude comme devant à l’avenir se généraliser (56 %).

Les portefeuilles électroniques et cartes virtuelles pour les paiements sur internet

Les portefeuilles numériques permettent de régler des achats en ligne sans avoir à saisir ses coordonnées bancaires complètes à chaque transaction. L’utilisateur ouvre un « compte virtuel » : par exemple avec Paypal. Attention aux frais associés à l’utilisation de ces plates-formes qui peuvent être élevés pour l’utilisateur.

De leur côté, les banques peuvent délivrer une « carte virtuelle » utilisable uniquement pour des paiements en ligne. Ce sont les « e-cartes » qui permettent de régler les achats en ligne sans avoir à transmettre les coordonnées de la carte réelle.

Selon l’étude citée, les services de paiement en ligne sont dédiés aux dépenses importantes (55 % du panel) mais restent un moyen de paiement « secondaire » pour une majorité (53 %).

Les applications de paiement mobiles

Les applications pour smartphones, indépendantes des banques de dépôt, ont le vent en poupe car elles ont l’avantage d’être simples et facile d’utilisation. Il suffit de télécharger l’application sur son smartphone et d’enregistrer une carte bancaire pour pouvoir être crédité et débité. Les principales applications de paiement sont actuellement Lydia et Pumpkin. Outre le paiement de commerçants partenaires, ces applications permettent surtout l’envoi d’argent entre particuliers, équipés de ces applications. Des solutions très pratiques notamment pour le remboursement entre amis. Il suffit de saisir le montant à transférer et le numéro de téléphone du bénéficiaire. La somme sera directement créditée sur le compte virtuel du bénéficiaire. Et il est toujours possible pour tout utilisateur de rapatrier cet argent « en ligne » vers son compte bancaire.

Les cryptomonnaies ou « monnaies virtuelles ».

cryptomonnaies ou monnaies virtuelles

 

La Banque Centrale Européenne désigne la monnaie virtuelle comme "un type de monnaie numérique non réglementée, émise et généralement contrôlée par ses développeurs, utilisée et acceptée par les membres d'une communauté virtuelle spécifique". Le Bitcoin est la monnaie virtuelle la plus utilisée dans le monde actuellement. Elle est créée et échangée sur un réseau informatique décentralisé. On peut toutefois convertir ses bitcoins en dollars ou en euros sur des marchés prévus à cet effet. L’Autorité des marchés financiers (AMF) émet régulièrement des alertes rappelant que ces monnaies virtuelles sont « au mieux très risquées, au pire une arnaque ». Elle recense les sites identifiés comme frauduleux sur une liste noire.

L’utilisation d’une monnaie virtuelle reste à ce jour très limitée : 5 % du panel de l’étude déclarent y recourir. Pour 23 % des personnes interrogées, ces monnaies virtuelles disparaîtront.

Les « monnaies locales »

Une monnaie locale est un instrument de paiement qui ne peut être utilisé que sur un territoire restreint, une commune ou une communauté de communes. Euskos, Lucioles, Abeilles… sont quelques-unes des monnaies locales mises en place par une association qui en assure la gestion avec l’aide d’un établissement financier partenaire. Elles permettent de régler des transactions entre particuliers et entreprises ou commerçants, mais aussi entre entreprises. Les monnaies locales ont pour objectif le développement du commerce et de la production de proximité. Elles ont aussi une dimension sociale et solidaire, en permettant de financer des projets sociaux au niveau des communes concernées. Mais les monnaies locales restent perçues comme une niche, 14% seulement du panel envisageant une « généralisation » de ce mode de paiement, le recours à une monnaie locale étant par ailleurs envisagé à 88% pour des achats du quotidien.

*« Les nouveaux moyens de paiement : Quelles sont les solutions de demain ? », Harris interactive, novembre 2016, sur un panel représentatif de 1018 personnes.

logo IEFP

A lire aussi...

Livret A : un taux de 0,75 % maintenu jusqu’en 2020

Le gouvernement a annoncé le maintien du taux de rémunération du livret A à 0,75 %…

Bien comprendre l’inflation pour mieux gérer ses placements

L’inflation, c’est-à-dire la hausse des prix, peut avoir de multiples causes, mais…

Crypto-monnaies et bitcoin

Avec le développement de l’informatique, un type nouveau de monnaie est apparu : les…