Coronavirus : quels placements à court et moyen terme après la crise ?

un cochon portant un masque

Dans cette période de crise, la gestion de son épargne est largement compliquée, car les marchés boursiers subissent de plein fouet les impacts financiers du coronavirus. Et, pour les placements à court et moyen terme, le constat reste identique depuis quelques années : les rendements sont au plus bas, voire négatifs si on intègre le niveau d’inflation.

Placements à court terme : un rendement très maigre

Pour votre épargne de précaution, qui doit rester à tout moment disponible, les livrets réglementés restent la meilleure solution. Même si les taux de rendement sont actuellement très faibles (Le Livret A et le LDDS rapportent 0,5 %, contre 1 % pour le Livret d’Epargne Populaire), ces supports sont les seuls à ne supporter ni frais, ni impôt sur le revenu. Ils sont donc utiles en cas de coups durs, si vous avez besoin par exemple de trésorerie pour financer un remplacement d’appareils ménagers ou encore si vous avez subis dans cette période de confinement une perte de revenu en cas de chômage partiel.

L’épargne logement ne doit pas être non plus négligée, surtout si votre PEL a quelques années, et rapporte donc un peu plus que le Livret A. Pour information, les PEL ouverts depuis le 1er janvier 2018 affichent un taux de rendement brut de 1 %, auquel il faut retrancher le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30 %, soit un rendement net de 0,7 %.

A moyen terme, l’assurance vie reste toujours une bonne solution

Les contrats d’assurance vie restent le placement préféré des Français. Et si le rendement des fonds euros à capital garanti est en baisses régulière depuis de longues années, ils ont quand même rapporté en moyenne 1,4 % en 2019.

Pour les épargnants prudents, il est conseillé de s’orienter vers des placements faiblement rémunérés mais garantis comme le fonds en euros, quitte à revenir sur des actifs plus risqués lorsque le tumulte actuel se sera dissipé.

Cette crise des marchés financiers n’est pas de nature à encourager à investir sur les actions. Pourtant, ce serait peut-être le bon moment pour s’y intéresser, mais en réalisant des versements programmés qui permettent de lisser le risque. En pratique, vous achetez plus de titres quand la bourse a baissé et moins quand elle a monté.

Effectivement, cela permet d’espérer une progression plus régulière de son épargne.

Il est possible d’investir de petites sommes (à partir de 50 euros par exemple), et de suspendre vos investissements sans frais. Restez toutefois vigilant sur les frais d’entrée qui viennent grignoter la performance finale. Et surtout faites le point chaque année afin de suivre l’évolution des marchés financiers et de procéder si besoin à un arbitrage entre les différents fonds de vos contrats.

A lire aussi...

La diversification, la règle d’or d’une épargne réussie

Pour savoir quels investissements privilégier, il est important de définir vos…

Coronavirus : comment expliquer la crise économique post…

La pandémie de Covid-19 a déclenché une crise économique mondiale d’ampleur inédite…

Assurance vie : les UC font de la résistance

En dépit d'une nouvelle décollecte en avril, les versements sur les unités de compte…