Assurance vie : la taxonomie incite à investir « vert »

Un homme dans un champ d’éoliennes

Dans le cadre de son Green Deal (Pacte vert pour l'Europe), l’Union européenne a développé une classification standardisée des activités économiques soutenables. Concrètement, les assureurs sont incités à proposer à leurs clients des unités de compte sur des assurances vie labellisées vertes, en phase avec cette taxonomie imaginée par Bruxelles. Le but est de financer en partie la transition écologique grâce à des fonds privés et répondre aux souhaits des citoyens d’une économie plus durable.

Faire face au défi climatique et répondre aux enjeux sociaux et de gouvernance

Ces dernières années, l’Union européenne a développé un règlement en matière fiscale. Ce dernier doit « faciliter la réorientation des investissements vers une économie plus durable », selon un rapport de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et ainsi atteindre la neutralité carbone en 2050. Un des leviers pour y parvenir repose sur une classification des activités, la taxonomie, inventée par les 27 États membres.

La taxonomie, qu’est-ce que c’est ?

La taxonomie européenne est un système de classification identifiant les activités économiques dites durables sur le plan environnemental. Une sélection d’activité contribuant de façon « substantielle » à « l’atténuation et l’adaptation au changement climatique » sont ainsi pris en compte et couvrent près d’une centaine d’activités économiques (incluant les compagnies d’assurance ou les banques) et 13 secteurs d’activité.

Pour être considérée comme durable, une activité doit correspondre à au moins l’un des six objectifs suivants :

  • Atténuation du changement climatique ;
  • Adaptation au changement climatique ;
  • Utilisation durable et protection des ressources aquatiques et marines ;
  • Transition vers une économie circulaire ;
  • Contrôle de la pollution ;
  • Protection et restauration de la biodiversité et des écosystèmes.

Qui est concerné par la taxonomie ?

La taxonomie s’applique aux entreprises tenues de préciser la part de leur chiffre d’affaires, de leurs investissements et de leurs dépenses vers des activités durables, aux États membres devant prendre des mesures publiques pour la transition. Elle s’applique également aux acteurs financiers (comme les banques ou compagnies d’assurance) censés proposer des produits financiers adaptés à la taxonomie.

 

Taxonomie : comment se traduit-elle dans les produits financiers ?

Aujourd’hui, en Europe, les investissements « verts » représentent à peine plus de 1 % du total des encours mais ils ont progressé de 11 % sur un an, pour atteindre 226 milliards d’euros, selon un rapport publié par BloombergNEF. De fait, l’engouement pour les investissements ne date pas de la mise en place de la taxonomie mais cette dernière devrait encore faciliter le travail des conseillers financiers et rassurer les épargnants sur l’usage de leur argent.

Depuis août 2022, les banquiers ont l’obligation d’interroger leurs clients sur leurs préférences en matière de durabilité. Ces questions viennent compléter celles devant permettre d’évaluer le profil de l’épargnant (prudent, équilibré, dynamique).

Vers une épargne réellement plus verte

Les conseillers financiers doivent ensuite déterminer avec leurs clients le pourcentage d’activités en phase avec la taxonomie qui est souhaité. Dans le cadre d’une assurance vie, mais c’est valable pour tout autre produit d’épargne, les critères d’alignement étant stricts, le pourcentage d’alignement à la taxonomie sera peut-être limité au début. Mais la classification va amener les assureurs à proposer des fonds éliminant, notamment des investissements sur des actifs « bruns », type centrale à charbon.

Toujours depuis le mois d’août 2022, les clients qui souscrivent à une assurance vie ont désormais le choix entre trois grandes catégories de produits durables. En toute logique, le mouvement va se poursuivre et les compagnies devraient proposer de nouvelles catégories de produits durables, faciles à comprendre pour leurs clients. Il est également possible qu’elles fassent pression sur les entreprises pour s’aligner sur la taxonomie. Un cercle vertueux, donc, en phase avec les préoccupations des citoyens.