Quelle différence entre la prévoyance et la mutuelle santé ?

La différence entre une mutuelle et une prévoyance

La mutuelle santé permet de rembourser des frais liés à des soins médicaux, alors que l’assurance prévoyance anticipe certains accidents en garantissant le maintien du niveau de vie. Comme il n’est pas toujours simple de faire la différence entre la prévoyance et la mutuelle santé, voici quelques précisions.

L’assurance santé : compléter les remboursements de la Sécurité sociale

Si le langage courant parle de « mutuelle » ou de « complémentaire santé », le vocable pertinent est « assurance santé ». L’assurance santé intervient lors du paiement de soins (consultation médicale, médicaments, frais médicaux d’hospitalisation, lentilles de contact, appareils dentaires, etc.). Cette couverture santé collective comble la somme qui reste à la charge du malade, après le remboursement de la Sécurité sociale du ticket modérateur dans le cadre du régime obligatoire via le tiers payant.

Bon à savoir : depuis le 1er janvier 2016, les employeurs doivent obligatoirement souscrire une complémentaire santé entreprise pour leurs salariés, que ceux-ci disposent déjà d’une assurance santé à titre personnel ou non.

La souscription à une assurance santé se traduit par une cotisation. En fonction de la formule choisie, les remboursements complémentaires sont plus ou moins importants. Leur pourcentage varie notamment selon les postes de dépenses de santé. Si la consultation médicale ou les médicaments sont bien remboursés, des écarts existent sur les frais d’optique, dentaires, ou encore ceux liés à l’appareillage auditif.

Bon à savoir : le gouvernement Macron a annoncé en juin 2018 la future prise en charge à 100 % des lunettes, des prothèses dentaires et auditives à partir de 2022.

L’assurance prévoyance : maintenir son niveau de vie en cas d’accident

L’assurance prévoyance est également une complémentaire dont le versement de prestations est uniquement acté lors de la survenance du risque préalablement inscrit dans le contrat. Elle couvre les risques de décès, d’invalidité totale ou partielle, et d’incapacité temporaire ou permanente, liés à un accident ou à une maladie. Les garanties varient en fonction de l’origine de l’accident ou de la maladie (cadre professionnel ou non).

L’assurance prévoyance a pour vocation de combler la perte de revenus suite à un accident de la vie entraînant un décès ou une impossibilité d’exercer une activité rémunérée. La prime est versée sous la forme d’un capital aux ayants droit, d’une rente (d’éducation, conjoint survivant) ou d’une indemnité (frais obsèques). En souscrivant notamment la Garantie Protection Avenir, l’assuré protège l’avenir financier de ses proches et de ses enfants, tout en accédant à une couverture partout et à tout instant en cas d’accident.

Prévoyance obligatoire et prévoyance individuelle

Toutes les personnes qui cotisent à la Sécurité sociale ont accès à une prévoyance du régime obligatoire en guise de protection sociale. Cette prévoyance se traduit par des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail (la perte de salaire est compensée) ou par le versement d’une rente ou d’une pension en cas d’incapacité ou d’invalidité dont le montant est calculé en fonction des revenus. Toutefois, cette prévoyance obligatoire est insuffisante pour couvrir les conséquences d’un aléa ou d’un sinistre.

Il est donc judicieux de souscrire une surcomplémentaire santé via un contrat de prévoyance individuelle. Celle-ci délivre une indemnité journalière en cas d’arrêt de travail, d’invalidité ou d’incapacité survenu suite à un accident ou une maladie. Si les salariés peuvent jouir d’un contrat groupe (contrat collectif) via la mutuelle de leur entreprise, les travailleurs non salariés (TNS) peuvent contracter une assurance prévoyance au titre de la loi Madelin. Ils profitent ainsi d’un dispositif ouvrant à des avantages fiscaux intéressants.

Le coût d’un contrat de prévoyance varie selon le profil du souscripteur : âge, revenus, état de santé. Dans le cadre de son contrat Garantie Protection Avenir, n’impose pas de visite médicale préalable. Seul un questionnaire de bonne santé est suffisant. Ce contrat simple permet de recevoir un capital décès-invalidité allant de 5 000 € à 150 000 € qui sera doublé (plafonné à 100 000 €) si le décès ou l’invalidité provient d’un accident (et triplé dans le cas d’un accident de la route avec un plafonnement à 150 000 €).

Prévago l'espace conseil prévoyance de la MIF

A lire aussi...

Tout savoir sur l'assurance-vie et l'assurance décès

L’assurance-vie et l’assurance-décès sont souvent confondues. Mais si les deux…

Faire ses premiers pas en épargne : ce qu'il faut savoir

Faire fructifier son épargne reste l’un des moyens les plus sûrs de faire face aux…

Infographie: Tout savoir sur les accidents de la vie courante

Troisième cause de mortalité en France, les accidents de la vie courante, aussi…