Le Point MIF #12 - L'actualité des marchés financiers et de nos investissements

Retrouvez le 12 ème épisode de votre rendez-vous trimestriel sur l'actualité des marchés financiers et de nos investissements.

Bilan économique de l'année 2020

Bienvenu pour ce nouveau « point marchés », le premier de l’année 2021.

Je vous souhaite une très belle et heureuse année 2021 et je formule le vœu que nous puissions tous retrouver, rapidement une vie la plus normale possible et que l’on puisse reprendre nos relations sociales si importantes à notre équilibre.

L’année 2020 a été évidemment « exceptionnelle », profondément marquée par ce choc exogène qu’a été la large diffusion du covid-19 et son impact sur notre activité économique et nos vies.

La baisse du PIB consécutive aux différents confinements a été compensée par de la dépense budgétaire. On peut retenir deux chiffres :

  • Les revenus des ménages sont quasiment stables sur l’année (avec évidement des différences majeures selon les secteurs d’activité)
  • Les faillites d’entreprises ont baissé en 2020 par rapport à 2019 (grâce aux prêts garantis, aux reports de charges, aux mesures de chômage partiel,…)

L’endettement des États a été financé par de la création monétaire : en Europe la BCE a racheté la quasi-totalité des dettes émises par les États et prévoit de le faire à nouveau en 2021. Il faut se souvenir que la banque centrale, c’est l’État : l’État s’est donc endetté auprès de lui-même ; c’est ce qui fait dire à certains que la « dette covid » n’existe pas ! Pour autant, les dettes détenues par des investisseurs privés existent toujours !

Coté marchés, après un choc violent enregistré en mars/avril, les valorisations se sont reprises progressivement au fur et à mesure de l’annonce de plans de soutien et de l’arrivée de vaccins efficaces. Le CAC a ouvert à presque 6 000 points et a clôturé l’année à  5 600 points, soit une baisse de 6%, ce qui au regard du choc subi est très faible.

La fin de l’année aura été marquée par :

  • La fin des négociations de sortie de l’UE du Royaume-Uni et l’obtention d’un accord de partenariat commercial 
  • Les élections présidentielles américaines 
  • Et, bien sûr, le démarrage des campagnes de vaccination contre le covid-19

Quelles projections pour l'année 2021 ?

Dans ce contexte difficile et peu lisible, la MIF a atteint ses objectifs de produits financiers et le stock de plus-values latentes détenu à fin 2020 est supérieur à celui observé fin 2019. La MIF demeure un organisme solide.

L’année 2021 devrait être marquée par la poursuite des politiques budgétaires et monétaires accommodantes, via des plans de relance et des programmes de rachat et une reprise de l’activité économique progressive, au fil des campagnes de vaccination.

Cette situation devrait avoir un impact positif sur la croissance économique, même si elle restera à un niveau plus faible que celui d’avant crise et sur les valorisations des actifs financiers et immobiliers.

Plusieurs inconnues demeurent néanmoins :

  • Les mesures de restriction continueront-elles à peser sur l’activité le temps que la vaccination soit largement déployée ?
  • Les plans de relance seront-ils lancés suffisamment rapidement pour limiter les vagues de faillite et de chômage annoncées ?
  • L’accroissement des écarts de richesse né de la politique monétaire sera-t-il accepté socialement ?

L’année 2021 s’ouvre sur bien des questions, mais plutôt avec une tonalité optimiste !

A lire aussi...

Nouveau sur le Compte Épargne Libre Avenir Multisupport :…

La MIF s'engage toujours plus pour ses clients. En proposant un nouveau service et…

Réouverture de l'@gence MIF

Nous avons le plaisir de vous annoncer la réouverture de l’@gence MIF à compter du…