Coronavirus : comment agir quand les marchés fluctuent ?

Une courbe présente les fluctuations des marchés financiers et le coronavirus

Les marchés sont volatils et, conséquence directe du Covid-19, leur baisse était imprévisible. Dans ce contexte, il n’est pas recommandé de vendre à perte sous l’effet de la panique. En revanche, ce peut être le moment d’utiliser des techniques permettant de limiter les pertes tout en bénéficiant de cours bas pour investir. Au-delà du court terme, la vision des marchés à plus long terme peut être bénéfique.

Si vous ne vendez pas, vous ne perdez pas

Depuis plusieurs semaines, les conséquences économiques du Covid-19, impactent fortement les indices boursiers et les sociétés cotées. Ainsi, l’indice parisien est passé de 6 062 points le 20 février au début de la pandémie en Europe à 4 298 points le 6 avril, soit une baisse de près de 30 % en un mois et demi.

Ces baisses entraînent souvent des comportements impulsifs chez les investisseurs. En effet, ils sont nombreux à vouloir vendre leurs titres même si les marchés continuent à baisser. Les épargnants, craignant de perdre encore plus de capital, vendent parfois au plus mauvais moment, mais la panique n’est pas la solution.

Lorsque vous n’avez pas un besoin urgent de liquidités, il n’est pas toujours recommandé de vendre. Patienter s’avère souvent être la meilleure solution. En effet, si vous ne vendez pas, vous ne perdez pas d’argent et, la plupart du temps, les marchés agités se reprennent en quelques mois ou quelques années.

Regarder l'évolution des cours sur le long terme

Les corrections boursières ont lieu en moyenne tous les 8 à 12 mois et durent 54 jours environ. Selon Fidelity, il y a eu, depuis 1926, 20 corrections boursières sur des marchés haussiers. Cela signifie qu’à 20 reprises, le marché a baissé de 10 % ou plus sans toutefois entrer ensuite dans un marché baissier. De manière générale les investisseurs ont peur de la volatilité des marchés, mais si on observe le CAC40 dividendes réinvestis, on obtient sur 30 ans un rendement annualisé de 7,5 % net d'impôt en tenant compte d'une taxe de 30 %, affirme-t-il. Cela reste nettement supérieur au Livret A, dont le rendement garanti est actuellement de 0,5 %.

Prévoir des limites de baisses dans sa gestion

Il existe un adage boursier selon lequel, « mieux vaut se couper la main tout de suite que le bras plus tard ». Pour éviter de perdre son bras face à la baisse de marché, il est possible de prévoir des limites de baisse dans vos portefeuilles. Ce « stop loss » permet de déterminer un pourcentage de baisse de valorisation d’une valeur, entraînant automatiquement la vente du titre. Cet outil de gestion est proposé par les intermédiaires boursiers mais il est aussi possible de mettre en place ces « stop loss » dans des contrats d’assurance vie.

Investir progressivement dans des actions

Si vous disposez de liquidités, ces périodes de corrections, voire de krach boursier, sont souvent les meilleurs moments pour investir ou renforcer son portefeuille en réinvestissant sur des valeurs de rendement. Cependant, il faut savoir investir progressivement car la baisse peut se poursuivre. Il est aussi possible d’investir dans les filiales de grands groupes pour limiter les atteintes en cas de crise économique.

AVERTISSEMENT : avant toute décision d’investissement sur un support en unités de compte, le sociétaire doit prendre connaissance des documents d’information financière relatifs au support considéré (DICI, prospectus ou note détaillée), et s’assurer que ce support correspond à sa situation personnelle et financière, à sa sensibilité au risque, ainsi qu’à ses objectifs d’investissement. Tout investissement en unités de compte est soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse et comporte un risque de perte en capital. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les informations fournies dans le cadre de la présente communication ne constituent en aucune manière une recommandation de l’assureur au titre du devoir de conseil.  

A lire aussi...

Coronavirus : l’économie française face à la crise sanitaire

L’économie mondiale se retrouve paralysée par la crise sanitaire du Covid-19. Dans…

Coronavirus : les politiques de soutien économique face à la…

Le confinement de la moitié de la population mondiale du fait de l’épidémie de Covid…

Coronavirus : les risques d'escroquerie multipliés

Les régulateurs du secteur financier mettent en gardent les épargnants face au…