Coronavirus : prime exceptionnelle pour certains salariés

Des billets et pièces en euros

Pour récompenser les efforts des personnes mobilisées pendant la période de confinement, le Gouvernement permet aux entreprises de leur verser une prime exceptionnelle de 1 000 euros à des conditions fiscalement avantageuses pour l’entreprise et le salarié. Cette prime vient compléter l’arsenal du plan gouvernemental pendant la crise sanitaire et peut atteindre 2 000 euros dans certains cas.

La prime Macron aménagée pendant la crise sanitaire

Lors de la crise des Gilets Jaunes, le Président Macron avait mis en place une prime ponctuelle dite « prime exceptionnelle de pouvoir d’achat ». Versée par les entreprises, sur la base du volontariat, elle visait à compenser une partie de la perte de pouvoir d’achat des salariés. Ce versement était alors exonéré de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu.

Baptisée « prime Macron », elle est entrée dans la Loi de Finances pour 2020 et était d’abord limitée aux entreprises disposant d’un accord d’intéressement. Cependant, cette restriction a été abandonnée pour récompenser les salariés exposés au Covid-19 et, selon le Ministère du Travail, près de deux millions d’entreprises pourraient la verser. Les salariés concernés travaillent principalement dans la distribution de produits de première nécessité, dans l’agroalimentaire, dans gestion de l’eau ou de l’électricité.
 

À savoir : en 2019, 408 000 entreprises y ont eu recours et 2,2 milliards d'euros ont été versés à près de 4,8 millions de salariés. La moyenne atteignait 401 euros, seuls 11 % des bénéficiaires ayant reçu 1 000 euros de prime.

 

Une prime Macron pouvant aller jusqu’à 2000 euros

Cette prime exceptionnelle liée à l’épidémie du Coronavirus devra être versée avant le 31 août 2020. Le montant de 1 000 euros par salarié initialement annoncé a été porté à 2 000 euros pour les entreprises disposant d’un accord d’intéressement.

La somme versée reste à la discrétion des entreprises et ces dernières peuvent la moduler en fonction du profil des employés et de leur temps de travail effectif pendant la période de crise sanitaire. Ainsi, les salariés « sur le terrain » et très impliqués pourraient être privilégiés par rapport à ceux dans les bureaux ou en télétravail.
 

Un dispositif fiscal neutre pour tout le monde : Les entreprises et les salariés bénéficient d’avantages fiscaux. En effet, la prime exceptionnelle est exonérée d’impôt sur le revenu, de contribution sociale (CSG et CRDS) et de cotisations salariale et patronales.

 

Prime Covid-19, qui est concerné ?

Début mai, seulement 37 000 entreprises avaient déclaré leur intention de verser cette prime exceptionnelle. Auchan, Système U, Carrefour, dans le secteur de la grande distribution, ont très vite annoncé leur intention de verser cette prime de 1 000 euros. Il en est de même pour les salariés de Veolia pour les salariés restés sur le terrain pour assurer la gestion de l’eau et des déchets ainsi que pour 5 000 employés de Total. Les discussions avec les partenaires sociaux sont en cours et les prochaines semaines devraient voir les choses se préciser.
 

À savoir : les fonctionnaires sont normalement exclus du dispositif. Cependant, certains métiers particulièrement mobilisés (notamment le personnel soignant) pendant la crise sanitaire, pourraient en bénéficier, même si cela reste à confirmer.

 

A lire aussi...

Coronavirus : faire face aux difficultés de remboursement de ses…

Les emprunteurs qui subissent une baisse de leurs revenus du fait de la crise…

Coronavirus : comment agir quand les marchés fluctuent ?

Les marchés sont volatils et, conséquence directe du Covid-19, leur baisse était…

Coronavirus : les politiques de soutien économique face à la…

Le confinement de la moitié de la population mondiale du fait de l’épidémie de Covid…